BlackBerry rejette l’offre de Fairfax, et Thorsten Heins quitte l’entreprise

Affaires

Par le fait même, l’entreprise canadienne recevra un investissement d’un milliard de dollars.

En septembre dernier, alors que Fairfax Financial Holdings proposait d’acheter le géant canadien des télécommunications pour 4,7 milliards de dollars, BlackBerry se donnait jusqu’au 4 novembre pour décider de son avenir.

BlackBerry recevra un investissement d’un milliard de dollars de la part d’un groupe d’investisseurs afin d’assurer la survie de BlackBerry et de permettre son inévitable restructuration.

Chose promise, chose due. Le Globe and Mail nous apprend aujourd’hui que l’entreprise, qui aurait préféré devenir la propriété d’une société œuvrant dans son secteur, a rejeté l’offre de la société torontoise de portefeuille.

Bien que BlackBerry a annoncé en août dernier être à la recherche d’un acheteur potentiel, l’entreprise de Waterloo envisageait également «d’éventuelles coentreprises (fusion), des partenariats ou alliances stratégiques […] ou d’autres transactions possibles».

La nouvelle stratégie? Recevoir un investissement d’un milliard de dollars de la part d’un groupe d’investisseurs, incluant Fairfax Financial Holdings, afin d’assurer la survie de BlackBerry et de permettre son inévitable restructuration.

Par conséquent, Thorsten Heins quitte son poste de PDG et sera remplacé par John Chen, qui dirigeait depuis 2000 la société Sybase, un éditeur de logiciels californien.

  • Steve Rodrigue

    Pour faire un jeu de mot plate: c’est un « Bold move »!

  • r2d3

    Blackberry… Nortel… Pourquoi les entreprises hitech canadiennes n’arrivent pas à survivre?