Enchère du spectre sans fil : des heureux élus et des grincements de dents

Plus ça change…

Exclusif
Liste de tags

Ça y est! Les résultats de l’enchère nationale du spectre de fréquences cellulaires 700 MHz sont connus. Hormis la (petite) surprise causée par l’expansion agressive du réseau de Vidéotron, les choses se sont déroulées à peu près comme prévu. Ce qui ne veut cependant pas dire que l’enchère ne changera rien à nos vies.

Les bureaux des fournisseurs canadiens de services de télécommunications ont dû être le théâtre de nombreuses nuits blanches passées à supputer des tableurs et à engouffrer pizzas et antiacides au cours des dernières semaines.

Le gouvernement canadien a encaissé la somme de 5 270 636 002$ en échange des permis en question. On présume que le 2$ n’a pas pesé lourd dans la balance.

En effet, il a fallu pas moins de 30 jours et 108 rondes de mises pour que 97 des 98 licences à l’enjeu trouvent preneurs; une des sept bandes disponibles au Yukon, au Nunavut et dans les Territoires du Nord-Ouest est restée orpheline.

En tout, le gouvernement canadien a encaissé la jolie somme de 5,27 milliards de dollars en échange des permis en question. (5 270 636 002$ pour être précis, mais on présume que le 2$ n’a pas pesé très lourd dans la balance.)

Les «trois grands» restent grands…

À la surprise d’absolument personne, Rogers, Telus et Bell s’emparent de la majorité des licences. La disparité entre les prix payés par les «trois grands» fait cependant sourciller.

  • Rogers, qui a obtenu un total de 22 licences dans les catégories les plus attrayantes, a dû verser la coquette somme de 3,29 milliards, soit 62% de la cagnotte totale.
  • Telus, pour 30 licences dont 14 non appariées (qui offrent une largeur de bande moindre), paiera 1,14 milliard.
  • Bell, pour 31 licenses dont 14 non appariées, réalise la meilleure affaire avec un coût total de 565 millions.

Les trois grands s’assurent ainsi une couverture nationale, quoiqu’inégale selon les régions, dans ce que l’on décrit parfois comme étant la «propriété au bord de l’eau» des fréquences cellulaires. Seule petite exception : Rogers n’a pas voulu acquérir de licence dans les Territoires.

Vidéotron débarque

Il y a quelques semaines, je vous disais que Vidéotron constituait l’une des candidatures les plus intrigantes puisqu’on savait que la compagnie avait les moyens d’étendre ses filets à l’extérieur du Québec, mais qu’on ignorait si elle en aurait l’ambition.

Elle l’avait, l’ambition!

En effet, Vidéotron s’empare de bandes 700 MHz non seulement partout au Québec, mais aussi dans le sud et l’est de l’Ontario, en Colombie-Britannique et en Alberta, ce qui lui permettra de rejoindre 28 des 33 millions de Canadiens. Le prix payé? 233 millions de dollars. Une aubaine.

Il faut cependant signaler que Vidéotron achète partout la bande C1, d’une largeur de 10 MHz, soit moins que les 12 MHz des bandes A, B et C quasi monopolisées par les trois grands. La différence de performance sera-t-elle notable?

Les opérateurs régionaux assurent

MTS au Manitoba, Sasktel en Saskatchewan et Bragg dans tout le Canada atlantique s’emparent des bandes C1 ignorées par Vidéotron.

Petite surprise : Bragg, dont le service cellulaire n’était jusqu’ici disponible qu’en Nouvelle-Écosse et à l’Ile-du-Prince-Édouard, s’étend non seulement au Nouveau-Brunswick et à Terre-Neuve-et-Labrador, ce qui semble naturel, mais aussi au nord de l’Ontario. Le fait que la compagnie soit aussi un petit câblodistributeur national, sous le nom d’Eastlink, explique sans doute sa volonté de sortir de ses terres.

Meilleure chance la prochaine fois

TBayTel (nord de l’Ontario) et Novus (Vancouver) repartent bredouilles.

Quant à l’énigmatique compagnie Feenix, propriété de John Bitove et plus ou moins cousine de Mobilicity, elle repart avec une seule licence dans les Territoires, ce qui risque d’être difficile à rentabiliser.

Impact sur le marché

À l’échelle canadienne, l’arrivée dans les provinces les plus populeuses d’un quatrième joueur aux reins aussi solides que Vidéotron réjouira certainement le gouvernement conservateur, qui souhaitait augmenter la compétition et n’avait pas réussi à attirer un candidat étranger. Contrairement aux petits fournisseurs qui ont été avalés par le Big Three l’un après l’autre ou qui ont déclaré faillite au cours des dernières années, Vidéotron est sans doute là pour rester.

Et sachant que le revenu moyen par usager de l’industrie était, en 2012, plus bas au Québec que partout ailleurs au Canada, l’espoir de voir les factures diminuer ailleurs n’est probablement pas injustifié. Le phénomène pourrait s’observer d’abord dans les grandes villes de l’Alberta et de la Colombie-Britannique, où Vidéotron risque de déployer son service plus rapidement qu’en régions rurales, surtout si les rumeurs des dernières semaines se confirment et que Vidéotron met la main sur les actifs de Mobilicity.

Au Québec, par contre, ce sera probablement le statu quo en matière de prix puisque toutes les nouvelles bandes sont achetées par des entreprises qui sont déjà bien établies sur le marché.

En termes de qualité du service, on sait que les bandes 700 MHz assurent une meilleure couverture du territoire et une transmission plus rapide. Un examen rapide révèle cependant que Rogers et Telus ont acheté des licences plus attrayantes que Bell dans le sud, l’ouest et l’est du Québec. En effet, Bell se contente d’une seule bande C2 de 10 MHz dans ces régions, soit l’équivalent de ce qui passe aux mains de Vidéotron. À titre de comparaison, Telus acquiert trois bandes d’une largeur totale de 24 MHz aux mêmes endroits. Reste à voir comment l’implantation des différents réseaux permettra de tirer avantage de cette capacité.

Enfin, un facteur à ne pas négliger : l’implantation de Vidéotron dans la bande 700 MHz pourrait signifier l’arrivée tant attendue du iPhone chez ce fournisseur.

Alors, compte tenu de tout cela, envisagez-vous de changer de fournisseur?

  • Serge

    Pour le moment je suis avec Videotron. J’ai un avis très très partagé sur la question jusqu’à présent. Il est certain que le service à la clientèle A1 de Videotron n’Est pas à négliger. Mais j’ai tellement eu une mauvaise couverture au Québec par le passé que j’ai songé à plusieurs reprises à racheter mon contrat (j’aime bien voyager). Aller en gaspésie y’a 2 ans a fait de moi une personne complètement coupée du monde pendant 2 semaines. Monter chez mes parents en passant par le parc des Laurentide est une grosse source d’inquiétude car y’a un 100km qui ne pogne pas du tout avec mon Nexus S. L’an dernier, mon moteur s’est mis à faire des siennes et je me suis retrouver à devoir faire du pouce pour emprunter le cellulaire d’une autre personne car le miens était inutilisable.

    Par contre, sur un autre ordre de grandeur, Videotron est au courrant de ses problème de couverture nord-américaine et ils ont pris des ententes avec Rogers au Canada, AT&T et Verizon aux états-unies à très peu de frais. Pour vous donner une idée, là où bell charge 2.50$ du meg, videotron charge aux états-unies 0.15$ du meg. En allant en Lousianne l’été dernier, on se servait de mon cellulaire comme GPS, j’ai envoyé une tonne de texto, écouté des videos youtube, navigué sur internet, parlé pendant des heures au téléphone avec ma blonde et je me suis sorti avec un minime surplus de 27$ sur ma facture pour 10 jours aux états-unies. Avec bell, je m’en serait tiré avec une facture de plusieurs centaines de $.

    Le fait que leur couverture va maintenant s’étendre me réjouit et je vais surement rester avec eux lors du renouvellement de mon contrat en août. Sinon, j’avoue que j’aurais probablement changé. Donc c’est une bonne nouvelle dans mon cas.

    • Guile

      Le problème est votre Nexus S, il n’est pas compatible avec les fréquences utilisées par les autres opérateurs du Québec, sinon vous pourriez être en itinérance au Québec sur d’autres réseau. Les fréquences que Vidéotron viennent d’acheter ne vous serons d’aucune utilité avec votre Nexus S. C’est le problème des cellulaires d’environ 3 ans… ils ne supportent pas toujours plusieurs fréquences. La seule consolation est que maintenant les cellulaires sont souvent pentabande (5 bande de fréquences possibles) et LTE en plus. Donc lorsque vous changerai de cellulaire, même en restant chez Vidéotron et avant que le réseau de 700mHz soit en place, vous aurez une meilleure couverture.

      J’ai trouvé chez Vidéotron un forfait qui répond à mes besoins et qui est bien moins cher que chez la compétition. À chaque mois j’économise environ 10$. Pour les deux ou trois fois par année où je sors de la couverture de Vidéotron, je fais de l’itinérance. Oui ce mois là mon compte est plus élevé, mais sur l’année c’est avantageux.

  • DJ

    Baisse de prix ? Ils viennent d’augmenté depuis que les contrats de 2 ans sont arrivés ! Pas très avantageux je trouve…

    • Serge

      les contrats ne devraient pas exister. Les compagnies devraient plutôt proposer aux utilisateur des plans du style Accord D. Tu prend le cellulaire que tu veux séparément de ton plan de mobilité. du coup, tu paie ton cellulaire a part et t’as un tarif mobilité réduit. Car en ce moment, ce qui tue c’Est que t’es obligé de prendre une facture de mettons 60$ avec ton cellulaire sur 2 ans, mais quand ton cellulaire est payé, tu reste avec ta facture de 60$. Elle est là l’arnaque.Si videotron ou bell me proposais de prendre mon cellulaire sur Accord D (par exemple, comme toutes les autres compagnies) ben je le met la dessus, il me coute 20$ par mois sur 2 ans, et je sors avec une facture mobilité de 30$, au final j’économise 10$ par mois et dans 2 ans, ben je reste avec une facture de 30$. et je peux changer de compagnie n’importe quand.

      • http://stech72.tumblr.com/ Steve C

        Le problème avec cela est que la très grande majorité des appareils sont subventionner par le fournisseur de service ……. Vous n’aimerez réellement pas payé un Galaxy S3 ou S4 le plein prix ..
        le retail d’un S3 bas de gamme US est de 600$ .. le S4 full equip touche presque le 850$ …