Wikipédia poursuit la NSA pour ses activités de cybersurveillance

Cybersurveillance

Au nom des citoyens américains, Wikipédia conteste devant les tribunaux la constitutionnalité des activités de surveillance de masse perpétrées par la National Security Agency.

Ce matin, la fondation Wikimedia (société mère de la populaire encyclopédie en ligne) a formellement déposé une plainte à l’endroit de la NSA et du Département de la Justice des États-Unis, alléguant que le régime de surveillance de masse du gouvernement américain est anticonstitutionnel en vertu du premier et quatrième amendement de la Constitution américaine.

Aux yeux de Wikipédia, les actes de cybersurveillance de la NSA menacent ainsi la liberté d’expression et la protection des citoyens contre les arrestations et enquêtes arbitraires.

Aux yeux de l’organisme, ces activités menacent ainsi la liberté d’expression et la protection des citoyens contre les arrestations et enquêtes arbitraires.

«En se connectant directement à l’épine dorsale de l’Internet, la NSA s’est attaquée au cœur même de la démocratie», soutient Lila Trtikov, directrice générale de Wikimedia. «Wikipédia est fondée sur les principes de la liberté d’expression, du questionnement et de l’information. En violant la vie privée de nos utilisateurs, la NSA est une menace pour la liberté intellectuelle qui se trouve au cœur de la capacité des gens à créer et comprendre les connaissances.»

La plainte vise plus précisément la cueillette de données prises en amont, à même les câbles par lesquels transitent celles-ci. Elle a été déposé conjointement avec huit autres organisations, dont l’American Civil Liberties Union, dont la mission est de défendre les droits fondamentaux des citoyens américains. Celle-ci survient plus de deux ans après les révélations d’Edward Snowden au sujet des activités de cybersurveillance de la NSA.

«Les dommages causés à Wikipédia et à ses centaines de millions de visiteurs sont clairs : la surveillance de masse provoque l’autocensure. Elle brise la liberté d’expression, et le libre partage de connaissances, qui est le but de Wikipédia», soulignent Trtikov et le fondateur de l’encyclopédie libre, Jimmy Wales, dans une lettre publiée par le New York Times.

Protestations contre la surveillance de masse

Ce n’est pas la première fois que Wikipédia défend la liberté d’expression numérique, bien que sa société mère ne prend que rarement position sur des sujets controversés si directement. Il y a quelques années, l’encyclopédie avait participé à la campagne de protestation contre le projet de loi SOPA en désactivant l’accès à son site le temps d’une journée.

Rappelons qu’en 2013, un juge fédéral américain a invalidé la constitutionnalité de PRISM, le principal programme de cybersurveillance de la NSA révélé par Snowden plusieurs mois auparavant. Aujourd’hui, cette cause et deux autres sont actuellement en attente à la Cour d’appel des États-Unis.