La STM songe à intégrer le paiement par téléphone

Mise à l'essai

Québec
Liste de tags

Les jours de la carte OPUS sont-ils comptés? Ça pourrait bien être le cas, du moins pour les usagers de la Société de transport de Montréal.

En effet, selon ce que rapporte Radio-Canada, la STM a invité une centaine de ses employés à utiliser une nouvelle technologie, qui sera ainsi mise à l’essai en interne au début de 2016. En exploitant la puce NFC de leur téléphone par le biais d’une application mobile, ceux-ci pourront acheter des titres de transport et franchir le tourniquet du métro sans avoir à utiliser de carte OPUS.

La technologie en question a été développée par deux entreprises de paiement mobile qui appartiennent à Bell, Rogers et Telus, et n’aurait rien coûté à la STM.

«Le but est de s’assurer que ça fonctionne dans la vraie vie. Après, on prendra une décision», a déclaré le président de la STM, Philippe Schnobb.

S’il est question d’une «nouvelle» technologie, le concept en soi n’est pas nouveau : des agences de transports en commun ailleurs dans le monde offrent à leurs usagers d’utiliser leur cellulaire pour accéder à leurs services depuis longtemps. Au Japon, qui a adopté la NFC bien avant l’Occident, une technologie équivalente a été implantée en 2006.

Du côté de la STM, la technologie en question a été développée par deux entreprises de paiement mobile qui appartiennent à Bell, Rogers et Telus, et n’aurait rien coûté à la société de transport.

«On a mis nos installations à la disposition de ceux qui nous ont fait la proposition, parce qu’on a tous intérêt à développer la technologie», a ajouté Schnobb.

Si la STM décide d’aller de l’avant avec ce projet toutefois, elle devra changer les boîtiers de perception de sa flotte d’autobus, qui ne sont pas pourvus de lecteur NFC. Qui plus est, le système en question serait pour le moment incompatible avec l’iPhone, qui pourtant intègre la puce NFC depuis l’iPhone 6.

«Apple ne permet pas à ses utilisateurs d’écrire sur la puce de l’iPhone. Tant que ce ne sera pas réglé, on ne pourra offrir cette technologie qu’avec les [téléphones] Android», conclut le président de la STM.

  • Olivier Côté

    « Les jours de la carte OPUS sont-ils comptés? »

    Certainement pas… Peut-être de la vôtre, de la mienne, mais ils n’obligerons certainement pas les utilisateurs à avoir un téléphone fonctionnel… Il faudra donc garder les anciennes cartes aussi. Ils vont simplement ajouter un autre moyen…

    • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      Oh franchement, fallait-il absolument prendre cette introduction au pied de la lettre?

      • Olivier Côté

        Oui!

        Bon, je vais expliquer pourquoi!

        Votre introduction m’a un peu
        dérangé, car si vous lisez les commentaires des utilisateurs du site de
        Radio-Canada, vous verrez que même si cela n’a aucun sens, plusieurs semblent
        penser que c’est effectivement la fin de la carte traditionnelle. Enfin, il y a
        un flou sur la question.

        Des longs commentaires négatifs sur le fait que
        certains n’ont pas les moyens de se payer un service sans-fils, sur le profil
        des utilisateurs du transport en commun et de son rôle de niveler les iniquités
        économique. D’autres qui revendiquent leur droit à ne pas avoir un tel appareil
        ou encore, les gens complètement offusqués, car ils veulent garder leur appareil
        Apple.

        Bref, ou bout du compte, il y a un flou. C’est une option, une
        possibilité d’ajout aux services actuels. Votre introduction entretient,
        involontairement, le flou, la confusion de certains.

        Bon, voilà, s’il
        fallait vraiment expliquer mon commentaire

        Salutations,

        Olivier.

        • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

          D’abord, la STM ne va pas imposer à tous ses utilisateurs d’avoir un téléphone dernier cri pour utiliser son service. La carte OPUS ne disparaîtra pas. Tout comme l’argent papier n’a pas disparu avec l’arrivée des cartes de crédit et de débit. Allons…

          Sans compter que la STM parle d’une mise à l’essai en interne. Ils ne sont même pas certains s’ils vont déployer la technologie. S’il y a un flou, c’est bien là qu’il se trouve.

          Pour revenir à la nouvelle de Radio-Canada, je trouve vraiment étrange que Philippe Schnobb vante le système de Londres, en précisant qu’il est compatible avec l’écosystème d’Apple, et qu’au paragraphe suivant il explique que le fait qu’il soit impossible d’écrire directement sur la puce de l’iPhone empêche l’intégration d’un système fonctionnant avec iOS pour la STM. Alors que les gens s’objectent sur ce point, je les comprends et à la limite les encourage.

          Bref, c’était une introduction facile et je ne m’attendais pas à ce qu’on s’y attarde plus que 2 secondes, soit le temps de lire la question…

          • Jacques L

            Hein? Pourquoi on écrirait sur la puce du iPhone?!? Faudrait vous informer un peu plus sur la raison d’être du NFC, que ce soit sur Android ou IOS. Le NFC n’est en fait qu’un transmetteur/lecteur du genre RFID, servant à écrire sur un tag NFC ou lire le contenu de celui-ci. Avec bien sûr une certaine intelligence derrière tout ça, permettant de le différencier de votre vulgaire carte d’accès de bureau. Des tests que j’ai fait avec mon Samsung m’ont même permis de lire la puce de ma carte de crédit (je dit bien « lire » et non pas décrypter). Une belle technologie en bout de compte qui ne reste qu’à exploiter par des organismes intelligents- on exclut ici l’AMT!

          • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

            Ce n’est pas moi qui parle d’écrire sur la puce, mais bien le directeur de la STM.

          • Robert Tremblay

            La puce de la carte OPUS n’a aucune utilité, et ce, depuis le tout début et n’en a toujours aucune sauf celle de justifier sa carte comme étant techno et surtout son prix de vente.

      • eslachance

        Tsk Tsk, Laurent. Olivier a un peu raison. De toute manière…
        La loi des titres selon Betteridge stipule qu’« à tout titre d’article journalistique qui se termine par un point d’interrogation, on peut répondre par la négative ».

        • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

          Sauf que ce n’est pas le titre. #JeConnaisLesPrincipesDeBetteridge

  • http://www.perdu.com Jack Jack

    OPUS, devrait prendre exemple d’autre cie de transport comme ottawa ou tu peux le faire par internet en personne et ce avec une facilité déconcertente

  • Bruno

    Pourquoi faut-il qu’au Canada, ou du moins, au Québec, ont est toujours en retard? En retard sur le paiement avec mobile, et maintenant paiement des transport en commun par mobile? Ça fait un bout que c’est disponible aux É-U il me semble.

  • Robert Tremblay

    Quelle est donc cette obession envers Apple ? Avec seulement 13% des parts de marché, la STM nous empêche d’utiliser nos téléphones Android comme carte OPUS

    • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      Le président de la STM dit pourtant que cette technologie ne sera compatible qu’avec les téléphones Android?