Vivons-nous dans un monde cyberpunk?

Le futur, c'est maintenant

Exclusif

Le mouvement littéraire cyberpunk est né dans les années 1980 et offrait aux amateurs de science-fiction les visions d’un futur dystopique ne laissant présager évidemment que peu de bonnes nouvelles.

Alors que 2020 approche à grands pas, le temps est venu de savoir si la réalité a rattrapé la fiction et si les tendances obscures décrites par William Gibson ou encore Bruce Sterling sont bel et bien en train de se matérialiser.

Une technologie omnipotente

Vous n’êtes membre d’aucun réseau? Vous n’existez tout simplement pas dans le monde moderne.

Ceux d’entre vous qui, comme moi, étaient fans de jeux de rôle futuristes parus dans les années 2000 n’ont pu éviter le toujours excellent Cyberpunk 2020, un ouvrage messianique, tant on se rend compte désormais qu’il décrit le monde dans lequel nous vivons quasiment mot pour mot.

D’ailleurs, CD Projekt RED, le studio derrière le désormais célèbre The Witcher 3, prépare en collaboration avec le créateur de la série un tout nouveau jeu vidéo intiulé Cyberpunk 2077.

Dans ce jeu de table originalement paru en 1990, la technologie est omniprésente, mais surtout omnipotente. De nos jours, il en va de même et plus personne (ou presque) ne peut imaginer sa vie sans Internet ni téléphone cellulaire. Être connecté et avoir une existence virtuelle est rapidement devenu une condition sine qua non à l’existence réelle. Vous n’êtes membre d’aucun réseau? Vous n’existez tout simplement pas dans le monde moderne.

Le Skull Canyon d'Intel.

Le Skull Canyon d’Intel.

Les ordinateurs sous toutes leurs formes (oui, les téléphones intelligents et tablettes peuvent aussi être considérés comme des ordinateurs) font partie de notre quotidien. On ne peut (sait) plus rien faire sans eux. Intel vient d’ailleurs de présenter la nouvelle version de son next computing unit en collaboration avec Razer dont le look rappelle sans équivoque les decks des netrunners du jeu. Il en va de même dans toutes les œuvres faisant partie du mouvement littéraire, le Net y est tout aussi puissant et représente à lui seul la raison d’exister de la plus grande partie de la population (que ce soit pour des raisons financières, politiques, personnelles ou autres).

La virtualité, une nouvelle réalité?

Même si certains d’entre nous préféreront toujours les voyages physiques pour se dépayser, force est d’avouer que les voyages immobiles grâce au virtuel et aux jeux vidéo ont changé la donne. Avec l’arrivée prochaine sur le marché de casques de réalité virtuelle plus confortables et performants, le mouvement ne pourra que s’accélérer et projeter certains d’entre nous dans des limbes à mi-chemin entre réalité et virtualité. À l’arrivée de toute nouvelle technologie, l’homme a le don de tomber bien souvent dans les excès et cette dernière n’y fera pas défaut.

Les jeux ont fait aussi des progrès impressionnants tant en termes d’espaces à parcourir et de liberté d’action que de qualité visuelle. Nul doute que les risques de dépendance ne pourront qu’augmenter grâce à ces univers souvent bien moins contraignants, plus valorisants et moins dangereux que celui dans lequel nous vivons.

De la technologie du sol au plafond

Dans la littérature cyberpunk, la technologie ne se limite pas à l’informatique et à Internet. On en trouve partout autour des humains et même dedans. De nos jours, les progrès de la cybernétique permettent de franchir une nouvelle étape vers le transhumanisme, un mouvement culturel et intellectuel prônant l’usage des sciences et des techniques afin d’améliorer les caractéristiques des êtres humains. Le body hacking est de plus en plus répandu et modifier son corps à l’aide de DEL et autres puces RFID ne surprend presque plus. Une chose est certaine, les implants vont se généraliser et ne se limiteront pas à des applications médicales. La photo ci-contre montre Neil Harbisson et sa caméra implantée dans le crâne qui lui permet «d’entendre» les couleurs.

deusex

Les prothèses cybernétiques ont aussi fait leur apparition et se présentent maintenant comme de réelles solutions de substitution pouvant même améliorer parfois les performances de certains athlètes. Ce fut le cas du tristement célèbre Oscar Pistorius, qui suscita de nombreuses réactions lors de sa participation aux derniers Jeux olympiques de Londres, au point où le Conseil de la Fédération internationale d’athlétisme interdit leur utilisation en compétition «régulière» depuis novembre 2015.

Côté transport nous sommes à deux doigts de rejoindre les prévisions des auteurs cyberpunk. Les voitures qui se conduisent toutes seules ne relèvent même plus de la science-fiction et les premiers touristes de l’espace ont déjà commencé leurs ascensions. On attend encore cependant l’hôtel et l’ascenseur orbital sous peu!

De leur côté, les robots et l’intelligence artificielle prennent de plus en plus de place tant par leur efficacité que par leur propension à remplacer l’humain dans de multiples domaines. Tout dernièrement, un des jeux les plus complexes de la planète (le jeu de go) vient de couronner une I.A qui a battu à plat de couture le champion de la race humaine, tandis que des robots «donnent leur vie» à Fukushima pour sauver ce qui peut l’être encore.

Idem en ce qui concerne nos villes toujours plus tentaculaires avec une population toujours plus nombreuse et des tours atteignant très prochainement le kilomètre de haut. 

Et la géopolitique dans tout ça?

C’est probablement la prévision du mouvement la plus troublante tant elle s’avère exacte. Selon les différents ouvrages du mouvement cyberpunk, le monde du futur est majoritairement géré par les besoins (et envies) de gigantesques multinationales qui font la pluie et le beau temps avec des gouvernements devenus fantoches. Ça rappelle quelque chose à quelqu’un? 

Il en va de même avec la montée en puissance d’entreprises de sécurité qui développent de véritables armées privées à louer au plus offrant, échappant ainsi à toutes les réglementations limitant les abus lors d’actes de guerre. Idem pour les extrémismes religieux en hausse en réaction à un monde de moins en moins spirituel et remettant en cause tant de croyances millénaires. Et je ne parle même pas de l’impact économique que tout cela engendre avec une diminution de la classe moyenne, une augmentation des inégalités (la plus forte en occident depuis la Première Guerre mondiale) sans oublier des révoltes populaires récurrentes et des forces de police plus proches de Judge Dredd que de Starsky et Hutch.

Une alternative possible?

Afin de finir avec une touche d’espoir, il ne me reste plus qu’à pousser l’analogie un peu plus loin dans le futur en espérant que notre monde pourra, un jour, ressembler à celui de Star Trek où les humains réussissent à finalement vivre tous ensembles de façon respectueuse sur la même planète et même avec des races extraterrestres… On est encore bien loin du compte!

  • Gaston

    Article assez déprimant, mais somme toute, très intéressant à lire.

  • Jean-Christophe

    Excellent article Tristan ! Un peu pessimiste, mais en discutant avec des gens du courant Transhumaniste (par exemple AFT en France), vous verriez qu’il y a plus qu’un petit espoir dans ce futur bien sombre que nous dépeigne les fictions de nos enfances :)

  • ccbc

    Pessimiste, mais réaliste. Je crois que trop souvent, les gens se mettent la tête dans le sable pour ignorer la réalité et ne se concentrent que sur les « avantages », sans que réellement les impacts de chaque avancée ne soient étudiés. On est trop souvent surpris par l’effet de nouveauté que nous oublions réellement ce que nous voulons. La tangente vers la technologie ne me dit rien de bon… et je suis pourtant dans la vingtaine…

  • TristanGeoffroy

    Salut à toutes et tous,

    Mon optique n’était pas de faire un texte déprimant mais plutôt de mettre en relief, le fait que nous vivons dans ce qui était considéré il y a à peine 30 ans comme une dystopie. Malheureusement, le monde ne va pas aussi bien qu’on le croit et souvent, la Science-fiction s’est fait oiseau de mauvais augure, à juste titre d’ailleurs.

    J’aurai pu approfondir un peu plus les aspects géo-politiques et sociétaux, mais je ne voulais pas déprimer les lecteurs/lectrices encore plus que ça! ;)

    Rassurez-vous, tant qu’il y a de la vie, y’a de l’espoir!

    Merci et @+!