Les prochaines PlayStation et Xbox seront-elles lancées sous une base annuelle?

La game a changé

Exclusif

Sony et Microsoft souhaitent écourter le cycle de vie de leurs consoles afin de pouvoir profiter plus rapidement des dernières percées technologiques. Les consommateurs seront-ils au rendez-vous?

C’est comme si c’était écrit dans le ciel. Une idée qui a fait son bout de chemin depuis que le vice-président et directeur financier d’AMD, principal fournisseur des processeurs qui alimentent la PlayStation 4 et la Xbox One, l’a évoquée en juin 2014. Branchez-vous titrait alors : La PlayStation 5 et la prochaine Xbox pourraient être lancées plus tôt que vous l’imaginez. Ce n’était pas faux. Mais ça ne semble pas non plus être tout à fait l’objectif final.

Sony et Microsoft veulent tuer le modèle de l’évolution technologique des consoles par génération.

Non, Sony et Microsoft veulent tout simplement tuer le modèle de l’évolution technologique des consoles par génération. Une formule qui est essentiellement demeurée inchangée depuis la commercialisation des premières consoles en 1970 : on détermine des caractéristiques techniques uniformes pour une plateforme, on laisse les développeurs exploiter celles-ci pour une période donnée, et on recommence à zéro pour la génération suivante.

Un modèle désuet à une époque où la rétrocompatibilité est omniprésente, tant sur PC que sur le marché des appareils mobiles, qui gruge depuis un bon moment déjà le précieux temps du public cible des fabricants de consoles. Ces plateformes conservent une même architecture et proposent un écosystème un peu plus démocratique. Deux facteurs permettant notamment aux développeurs de tout acabit d’apprivoiser leurs outils de création sans craindre de devoir tout réapprendre lors de l’arrivée d’une nouvelle génération de console.

Devant ce gazon qui semble beaucoup plus vert chez le voisin, Sony, Microsoft, et même Nintendo sont prêtes à prendre le risque de changer de stratégie.

Une variété de consoles pour une variété de consommateurs

Le marché des consoles de salon s’apprête donc à subir ce qui pourrait être la plus importante transformation de son histoire. C’est ce que l’on pouvait déjà conclure hier avec la rumeur du projet Helix de Microsoft, et des nouveaux produits qui en découleront.

Image : Sam Woolley (Kotaku).

Image : Sam Woolley (Kotaku).

L’idée? Offrir aux consommateurs une gamme de Xbox partageant la même architecture selon une échelle de prix variable, mais aussi avec une puissance variable. Microsoft projetterait ainsi de commercialiser une console d’entrée de gamme moins puissante que la Xbox One, et une console haut de gamme plus puissante – surnommée la Scorpio. Dans ce contexte, la Scorpio – qui serait potentiellement compatible avec l’Oculus Rift – ne signalera pas le début d’une nouvelle génération, mais plutôt le renouvellement matériel de la Xbox One.

Trois Xbox pour trois types de consommateurs, essentiellement comme le proposent déjà les fabricants de téléphones intelligents. Un peu aussi comme le proposent les constructeurs informatiques.

Au fil du temps, avec l’arrivée d’une console encore plus puissante, le produit haut de gamme deviendra le produit moyen de gamme, le produit moyen de gamme deviendra le produit d’entrée de gamme, et ainsi de suite. Plongés dans une telle situation, les développeurs seront incités à continuer de soutenir la Xbox One pour atteindre un plus large bassin d’utilisateurs potentiels. Pour ce faire, Microsoft a déjà en poche une arme importante : la plateforme universelle Windows.

Image : Sam Woolley (Kotaku).

Image : Sam Woolley (Kotaku).

De son côté, Sony travaillerait également sur une déclinaison plus puissante de la PlayStation 4, répondant au nom de code NEO. À ce sujet, l’information qui a coulé mentionne que les développeurs devront inévitablement concevoir des jeux compatibles avec les caractéristiques de l’actuelle PlayStation 4, afin de ne pas diviser le marché. Soulignons qu’il est également question d’une architecture commune, éliminant ainsi le besoin pour les développeurs d’apprivoiser une toute nouvelle plateforme.

Bien que l’on ignore les plans de Sony en ce qui concerne une potentielle console d’entrée de gamme, la PlayStation TV (baptisée PlayStation Vita TV au Japon) est déjà en quelque sorte un produit qui répond à ce besoin. Rappelons que l’appareil peut exécuter la majorité des titres conçus pour la PlayStation Vita, en plus de pouvoir servir de relais à la PlayStation 4, qui peut y diffuser des jeux par le biais de la fonction Remote Play.

Sony pourrait par conséquent se retrouver dans une position similaire à celle de Microsoft en proposant trois consoles – la PlayStation TV, la PS4 et la NEO – pour trois types de consommateurs.

Un pari risqué

Si Microsoft décide de lever le voile sur sa stratégie lors du prochain E3, Sony pourrait riposter en dévoilant la sienne.

Tant pour Microsoft que Sony, il s’agit d’un pari risqué.

Soit, Microsoft a peut-être moins à perdre à l’idée de dévoiler deux nouvelles consoles, les ventes de la Xbox One ne représentant que la moitié de celles de la PlayStation 4. Mais rappelons que Sony s’apprête à lancer son casque de réalité virtuelle, le PlayStation VR, en octobre prochain. Un produit dont le prix est certes moins élevé que l’Oculus Rift ou le HTC Vive, mais qui est tout de même plus élevé que le prix de la console pour laquelle il a été conçu.

Si Microsoft décide de lever le voile sur sa stratégie lors de sa conférence au E3 le mois prochain, et que la Scorpio est bien reçue par le public et les médias, Sony pourrait vouloir riposter en dévoilant la NEO – et risquer du même souffle d’aliéner les consommateurs ayant déjà précommandé le PlayStation VR. Tout repose sur les prix qui seront dévoilés tant par Microsoft que par Sony. En fait, ce facteur est si critique qu’il y a de fortes chances pour que l’on préfère le révéler à une date ultérieure.

Du côté de Nintendo, le mystère demeure. L’histoire nous a appris à répétition que la pire erreur que l’on peut commettre en ce qui concerne cette entreprise est d’ignorer sa capacité d’ingéniosité. L’énigmatique Nintendo NX sera-t-elle l’arme de destruction massive qui propulsera Nintendo au sommet contre deux géants susceptibles de trébucher dans les fleurs du tapis en voulant changer les règles du jeu? Les paris sont ouverts…

  • JB Gagné

    Très intéressant. Je verrais bien un modèle d’affaire similaire à l’industrie des cellulaires avec des locations de consoles sur 3 ans. Ainsi, on permet de générer des consoles toujours plus puissantes à chaque année tout en conservant un parc de consoles, pouvant faire rouler les mêmes jeux, de grand envergure. La location sous le modèle de la téléphonie mobile permettrait de rendre les appareils accessibles même si le délais de renouvellement est plus court.

    Je verrais bien un genre de : 100$ d’entré de jeux avec des paiements mensuel de 20$ sur 3 ans. (Valeur globale de 820$) Ça permettrait d’avoir des consoles vendu plus chère et donc plus puissante tout en n’étant pas un fardeau financier à acquérir pour l’acheteur. Les propriétaires de One sont déjà habitué à ce format avec l’achat mensuel de leur accès au Live.

    • soyphrenn

      Non merci. L’éloge au consumérisme (bonjour l’obsolescence programmé qui y trouvera là un nid chaud et douillet de plus) et à l’achat à crédit. Les deux tares de notre système économique…

      • Gumby

        Très très très bien dit. +10

  • sylvain tremblay

    il aura pas de nouvelle console aux E3 ,vous allez voir le E3 2016 vas être VR

  • Silvio6

    Dommage. La qualité des jeux va donc baisser, puisqu’ils devront tourner sur toutes les machines. Les développeurs n’investiront plus trop pour les machines haut de gamme car ce ne sera pas la majorité des acheteurs. Et on ne verra plus des jeux qui prennent plus de 6 mois à 1 an à développer max. Pas de jeux à la GTA mais plutôt stylé mobile. Ils ont tout faux…

    • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      Excepté que dans le cas de Microsoft, les développeurs qui exploitent la plateforme universelle Windows pourront logiquement ajuster la qualité selon les caractéristiques de la machine. Idem pour Sony selon les commentaires recueillis par des développeurs travaillant sur des jeux pour la NEO.

    • Sebastien Lemieux

      Sur PC les développeurs font des jeux avec différentes qualités graphiques pour permettre à l’utilisateur de jouer avec pas mal n’importe quel PC relativement récent. Pourquoi est-ce que les développeurs consoles ne feraient pas la même chose ?

      • Silvio6

        Sur PC, tous les gens qui utilisent leur machine pour jouer ont une bonne carte graphique. Ça fait des millions de clients potentiels et ça vaut la peine pour une boîte de développement de faire un beau jeu.
        Sur console, la majorité des gens ont (et auront) la console la moins performante. En général, si on a une ps4 (ou Xbox one) on ne va la changer pour une 4.5 il n’y a pas assez de changement qui le justifie. Ça fera une base de joueurs peu nombreuse et ne justifiera pas de faire un jeu qui la prenne vraiment en compte. Peut être dans 2 générations de console ..

        • Sebastien Lemieux

          Les joueurs PC peuvent acheter des cartes graphiques d’entrée de gamme aussi tsé. Mais non, il y en a qui se paie des grosses machines. Pourquoi ce serait différent sur console ? Les gens vnt payé la grosse console si la qualité est présente.

          • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

            La stratégie de Microsoft semble un peu plus complexe. La console (ou l’appareil) d’entrée de gamme sera davantage l’endroit où l’on retrouvera des équivalents de jeux mobiles ou des jeux indies moins exigeants en ressources. Je ne vois donc pas en quoi ça pourrait faire baisser la qualité des jeux AAA.

            Microsoft veut essentiellement introduire plus fréquemment des consoles de nouvelles générations tout en soutenant la génération précédente. Si elle conserve la même architecture, comme sur PC, ça pourrait fonctionner. À mes yeux, les craintes de Silvio6 ne sont pas vraiment justifiées : si les développeurs avaient vraiment l’intention de déplacer leur attention que sur des jeux nécessitant un travail de 6 mois à 1 an, ce serait déjà le cas étant donné la prolifération des appareils mobiles.

            Bien sûr que ça aura une influence. Mais je ne crois pas que ça signale la disparition de jeux avec une qualité supérieure. Il existe déjà divers paliers à cet égard sur PC et appareils mobiles.

  • Ricky

    Le cycle actuel de 7 ans est peut-être trop long, mais ça force les développeur de jeux à optimisé la programmation pour le matériel disponible. C’est pour cette raison qu’un jeux développé ±5 ans après la sortie de la console est beaucoup plus beaucoup qu’un jeux sortis ±1ans après la sortie de la console… Pourtant les deux ont le même matériel pour faire rouler le jeux.

    • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      Je partage cet avis, et c’est d’ailleurs quelque chose qui est plus facilement observable auprès des logiciels informatiques. Une application de traitement de texte qui pèse 1,6 Go? Voyons donc!

  • http://logibe.com/ Joel

    Finalement, le monde vont revenir aux jeux pc, parce que tant qu’à mettre à jour le matériel de sa console pour jouer aux jeux récents, aussi bien le faire avec son pc…

    • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      Ça c’est tenir pour acquis que tous les propriétaires de consoles ont également un PC suffisamment puissant pour le gaming.